Vidéo : Défilé Dior Homme automne-hiver 2021-2022

La cérémonie du quotidien. Pour sa collection Hiver 2021-2022 pour la maison Dior, Kim Jones s’inspire de l’extravagance masculine de la tenue de cérémonie, un lien vivant avec le passé. Comme la haute couture, elle lie l’actualité à l’héritage, telle une fenêtre sur l’histoire. Aux côtés du patrimoine, le contemporain : le Directeur Artistique a ainsi choisi de collaborer avec le peintre britannique d’origine écossaise, Peter Doig.

La couture est une cérémonie en soi : Christian Dior lui-même décrivait l’entrée cérémonielle de ses modèles pour chaque nouveau look. Pour l’Hiver 2021-2022, des uniformes brodés et magnifiés – en écho notamment à ceux de l’Académie des beaux-arts française – offrent une interprétation masculine de la couture. Les décors et les motifs réinventent les archives Dior : les boutons recouverts sont ceux de l’iconique veste Bar, la broderie dorée est celle de Rosella, une robe haute couture imaginée par Marc Bohan dans les années 1960. 

Christian Dior a traduit les rêves en réalité : à leur tour, Kim Jones, Peter Doig et les ateliers Dior ont étroitement collaboré pour les réaliser. Exceptionnellement, l’artiste a lui-même non seulement imaginé des motifs, mais a peint, à la main, sur une sélection de chapeaux créés par Stephen Jones, des dessins captivants inspirés de son travail, de ses souvenirs et de ses connexions avec la maison Dior. L’art et la mode dialoguent : deux emblèmes animaliers ont été spécialement conçus par Peter Doig pour Dior – une représentation de Bobby, le chien de Christian Dior ainsi qu’un lion, qui évoque à la fois celui figurant sur les tableaux du peintre et celui du costume de bal réalisé par Pierre Cardin pour Christian Dior en 1949; un écho rappelant l’amitié indéfectible qui reliait Monsieur Dior et les artistes, tels Jean Cocteau et Christian Bérard ; une passion pour l’art et les talents chère au cœur de la Maison depuis toujours.

La mode est une forme d’art. Les bijoux et les ceintures arborent une figure de lion sculptée par Peter Doig, Les tissus recréent des toiles et des gravures, au gré des jacquards et des imprimés. Le ciel nocturne de l’œuvre Milky Way (1990) constelle les créations : les étoiles s’alignent sur celles de Dior. La palette des couleurs, des teintes vibrantes inspirées de celles de Peter Doig – bleus doux et marine, mauve sombre, gris Dior, aux côtés du jaune brillant, de l’orange sanguine et du vert – exprime une joie de vivre. L’artisanat d’exception réinterprète les coups de pinceau. Des bordures reliées et des broderies baroques « encadrent » les vêtements, comme s’ils étaient eux-mêmes des peintures. Les formes et les lignes de la collection deviennent des toiles pour les œuvres d’art.

La collaboration entre Kim Jones et Peter Doig s’étend au décor du spectacle numérique : la scène est également une œuvre, une installation imaginée par le peintre, évoquant son tableau Speaker/Girl (2015). 

Nouvel art, nouveaux looks.