Un parfum, cinquante ans de vie

 | Trendymagazine

Certaines senteurs traversent les décennies, même si aujourd’hui elles sont jugées comme étant très lourdes, ou de “grand-mère”, elles disposent encore d’un bon nombre de fans; dans cet article, on vous livre les secrets de longévité des parfums Rive Gauche, français, signé Saint Laurent. Le second est américain, un chypré d’outre-Atlantique : le premier parfum de Clinique, Aromatics Elixir de Clinique, selon les délicates indications de Pascal Barragué, expert et consultant dans le luxe et la beauté.

 | Trendymagazine

Rive-Gauche: le raffinement décontracté pour la femme libre et indépendant

Au tout début, le parfum portant le nom de la rive au sud de la Seine, est une collection de vêtements, la toute première du jeune couturier Yves Saint-Laurent, apparue en 1966, composée de pièces à la fois sexy mais étonnantes et décontractées, à l’image de Catherine Deneuve, souvent décrite comme la muse de cette création. Le parfum est une ode à la femme libre, indépendante, et mondaine, tout en rendant hommage au chic Parisien, à la bourgeoisie, et à l’éternelle modernité d’Yves Saint-Laurent en se positionnant en tant qu’état d’esprit plutot qu’en tant que simple fragrance de tous les jours.
Son flacon fait fureur dès sa sortie; c’est le premier de son genre, métallique, en forme cylindrique, et aux rayures bleues et argentées.
Cependant, on reprochait au parfum de cultiver un paradoxe, ciblant une femme moderne, mais proposant une arome bourgeoise (sa note de tete principale étant l’aldéhyde, les fleurs blanches, un joli bouquet en coeur, et un fond boisé et ambré), ainsi qu’une affiche publicitaire portrayant une femme “imprévisible”, mais qui reste tout de meme très BCBG.

Le savoir-faire de Tom Ford au service de l’évolution 

Après avoir sauvé la maison Gucci de la banqueroute à son arrivée dans les années 1990, lui redonnant éclat en transformant le vieux maroquinier Italien, en une marque sexy portée par toutes les vedettes, c’est au tour de la direction artistique d’Yves Saint-Laurent d’obtenir sa bonne étoile; ainsi, celui qui conçoit le prêt-à-porter de la maison française à partir de l’an 2000, apporte sa touche de porno-chic pour projeter YSL dans la modernité; il réinvente ainsi l’image du parfum en 2003 à l’aide du talentueux photographe Solve Sundsbo, et du mannequin britannique Karen Elson; La Parisienne sexy et troublante prend le dessus sur le cliché de la bourgeoise impeccable de Saint-Germain attablée en terrasse, à travers un portrait d’une femme allongée et alanguie, pendue à son combiné téléphonique, en toute sensualité, plongée dans une conversation que l’on imagine torride.

Aromatics Elixir

En premier abord, le premier parfum de la maison Clinique, apparu en 1971, trois ans après la création de la marque, est considéré comme un ovni de la parfumerie américaine; ce chypré transatlantique, premier né d’une marque connue pour ses soins de la peau, très « old-fashion » est très élégant, floral, un peu étrange et très prononcé. A la fois intrigant et féminin, il ne ressemble à aucun autre, et ne laisse personne indifférent, la rumeur court qu’il rend les hommes fous quand ils le sentent sur une femme.Synonyme de « nouveau chic », il rencontre un succès montant jusqu’à en devenir culte: on l’adore ou on le déteste. Ses fans lui sont parfaitement fidèles, même s’il est souvent perçu comme un parfum lourd à porter, il reste tout de même très sensuel et voluptueux.  Au-delà du mythe, le parfum original a une telle force et une identité si marquée qu’il renvoie ceux qui le sentent dans une autre époque.

Une niche de fanatiques fidèles 

Malgré l’accessibilité attribuée par la marque Clinique, Aromatics Elixir est presque un parfum de niche, lancé sans grande campagne de publicité, sans égérie connue, sans storytelling publicitaire clair. Il doit d’abord son succès à son odeur, plus qu’à un positionnement marketing et publicitaire. C’est cette absence de discours dit d’archétype narratif qui justifie son succès; il séduit des personnes qui ne se projettent pas dans une “histoire” préétablie, mais qui veulent avoir leur propre histoire. Il est le devancier de toute la parfumerie de niche qui fait actuellement les beaux jours de la catégorie. 
Derrière la disparité des marques rassemblées sous ce vocable, un seul point commun : l’absence de publicité, un modèle marketing à l’inverse de la parfumerie sélective traditionnelle. 

Même s’ils peuvent nous paraître vieillots et dépassés, les parfums cinquantenaires sont toujours là, et c’est probablement car ils ont quelque chose à nous apprendre.